Vers des jeux dématérialisés et fin du marché des jeux d’occasion

Le débat fait rage ! Afin d’augmenter leur rentabilité, les éditeurs se tournent de plus en plus vers des jeux dématérialisés (jeux téléchargeables) via leurs propres plateforme ou les plateformes telles que Steam, le Playstation Network ou encore le Xbox Live.

On se tourne aussi vers des solutions de jeux en streaming, comme j’en parlais dans cet article sur le Cloud Gaming.

Mais quel est vraiment l’avenir des jeux vidéos ? Quelles seront les conséquences sur les distributeurs, qui semblent les premiers à en souffrir ? Nous dirigeons-nous vers la fin du marché des jeux d’occasions ? Et surtout, comment les joueurs vont réagir face à ça ?

Voici un petit reportage de jeuxvideo.com sur cette question:

2 Responses to “Vers des jeux dématérialisés et fin du marché des jeux d’occasion”

  1. David du blog qui aide les commerçants. 24 juin 2012 at 22 h 20 min #

    Chacun à son point de vue, les joueurs en ont marre de payer cher et de ne plus pouvoir revendre son jeu, les éditeurs ne sont pas d’accords de perdre de l’argent …

    En fin de compte qui est le gagnant ? Personne ! Pourquoi ? Parce que la société de consommation est mal foutue, je trouve !

    Le seul point intéressant pour moi ce sont les jeux dit indépendants, je trouve ce genre de jeux excellent !

    Note : j’ai acheté un jeu auquel je n’accroche pas sur ORIGIN… et je ne peux pas le revendre …. un peu fort quand même 😉

  2. Papa julien 10 octobre 2012 at 0 h 29 min #

    Rien d’etonnant, quand on vois que desormais un jeu demande plusieurs années de devellopement avant de sortir alors qu’il y a plusieurs années on comptait en mois voir en semaine. Il est tout a fait normal que les couts augmente.

    La dematerialisation est une solution viable, dommage que le consommateur n’y gagne pas une remise, pour ma part j’apprecie aller dans la boutique au coin de la rue. Discuter découvir de nouveau jeux et les essayer.

    On peut imaginer que les deux marchés deviennent complémentaire. Les productions à succés assuré continuerons de sortir en produit physique. Et les jeux au budget plus modeste sur le store.

    Et pourquoi pas des versions gratuite numérique. Plutot que de proposer des démos, proposer un teaser, et recevoir les retours des joueurs pour un produit final qui correspondra aux attentes des joueurs et d’un succés quasi assuré.

    J’adhere completement aux principes des DLC, j’en consomme regulierement et c’est compatible avec les jeux d’occasions.

    Je ne me fais pas de soucis les consommateurs ne pourrons pas etre abusé, car se serait le risque pour les editeurs de voir leurs chiffre d’affaire tomber.

    Au final, meme si ca m’embete, se sont bien les distributeurs, en particuliers les petites boutiques independantes qui risque de fermer. C’est dommage, mais à termes c’est inévitable.

Leave a Reply